Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bariza Khiari: « Le terrorisme n’a pas de religion »

Publié le par Stéphane GOMEZ

 

Bariza Khiari est sénatrice socialiste de Paris. Signataire de l’Appel lancé aujourd’hui par Respect Mag, elle explique son engagement.

 

Pourquoi avoir d’emblée signé et soutenu ce texte ?

J’ai adhéré immédiatement en référence à l’émir Abd el Kader. Au nom de sa foi, de l’islam, il a sauvé les chrétiens de Damas en 1860. L’année dernière, cela faisait 150 ans, et personne n’a fêté cet anniversaire ! Aucune manifestation n’a été organisée. Je me place dans cette lignée de l’islam, en continuité du judaïsme et du christianisme.

L’islam, ce n’est que ça. Aucun acte de violence ne peuvent être commis au nom de cette religion. Le terrorisme, la folie n’ont pas de religion. La violence nie et annule toute puissance sacrée. Nous croyons au pluralisme religieux, il faut soutenir nos frères chrétiens d’Orient et d’ailleurs. C’est le patrimoine de l’humanité.

La position des chrétiens d’Orient n’est-elle pas un miroir inversé de celle des musulmans en France ?

Hier, nous étions un peu des Roms, aujourd’hui, nous sommes des chrétiens d’Orient ! Les situations ne sont pas de même nature mais, de chaque côté, il y a stigmatisation. Et lorsqu’une minorité est désignée, on ne sait pas jusqu’où les choses peuvent aller. 

L’Europe, qui a été le foyer de drames terribles, nous l’a montré à plusieurs reprises. Cela montre aussi que l’intolérance n’est pas toujours du même côté. Elle se trouve du côté de l’État, dans le cas des Roms, comme du côté des extrémistes, dans le cas des chrétiens d’Orient.

La nécessité de cet appel est-elle liée au climat actuel ?

Marine Le Pen a lancé les thématiques électorales. Or, nous serons les otages de la campagne. La cible, ce ne sont plus les immigrés, puisqu’il s’agit plutôt d’enfants d’immigrés aujourd’hui. Ce sont désormais les musulmans qui sont visés. L’islam est devenu un enjeu politique. On l’oppose à la laïcité. Et on en fait une source de division alors que la laïcité est une chose magnifique. Mais elle doit être constructive. Elle doit correspondre à un espace de concorde qui permette le vivre-ensemble.

Cela dit, nous n’adressons pas d’injonction. Par cet appel, nous opposons la connaissance à l’ignorance. L’islam est méconnu, et notamment par certains musulmans eux-mêmes.

Est-ce la voix d’une majorité silencieuse qui s’élève ?

Oui. Qu’on ne nous dise plus que nous ne réagissons pas ! En même temps, lorsqu’il s’agit de critiquer l’islam, là on vient vers nous. Mais quand nous évoquons les discriminations, la ghettoïsation, personne n’est à nos côté. De même, lorsque nous parlons d’un islam d’amour, d’un islam profond, de paix, là personne ne nous écoute, aucun micro n’est tendu vers nous. Or, le vrai, le véritable islam, c’est cela. Il s’agit avant tout d’une spiritualité. Aujourd’hui, l’islam devient une question politique. Il est utilisé et instrumentalisé par les politiques et les extrémistes. En France comme ailleurs. L’islam n’est pas coupable des atrocités du terrorisme.

 

Commenter cet article