Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les assauts du vent.

Publié le par Stéphane GOMEZ

Madame la Ministre, Madame la Maire, chère Hélène,

C'est avec un plaisir non dissimulé que les 19 autres élus membres du groupe Socialistes et Républicains avons voté pour vous, avons re-voté pour vous ce soir.

 

Cette élection d'un maire, au moins pour les élus présents ce soir, est un temps fort de notre vie démocratique. C'est un temps fort de notre vie républicaine, où généralement même l'opposition formule ses vœux de bon succès, dans l'intérêt partagé de nos concitoyens. Normalement.

 

Cette belle ré-élection ne manque pas, sûrement, de continuer à en désespérer certains, et pourtant, ils devraient être habitués maintenant: vous avez une habitude têtue, c'est de faire ce que vous dites. On ne vous oblige pas à donner votre parole ; du coup vous vous tenez pour obligée, quand librement vous la donnez, de la tenir!

 

Depuis 2014, certains ne cessaient de prédire que vous ne resteriez pas Maire, que vous préfèreriez le confort de la députation. Vous aviez pourtant prévenu: vous termineriez le mandat de députée que les habitants de la 7ème circonscription vous avaient confié, puis vous vous consacreriez à votre mandat de maire.

 

(Je ne ferai, là, suite à l'intervention de la Droite, aucun commentaire sur un autre maire, candidat à la dernière élection législative, alors que quand il fut élu maire pour la 1ère fois il y a 3 ans la loi sur le cumul était déjà votée et qui donc candidatait pour cumuler en connaissance de cause. Certaines leçons sur nos pratiques locales dès lors se posent là).

 

En 2016, certains ont re-commencé à ré-espérer: vous partiez pour Paris, au Gouvernement -pour la 1ère fois un Vaudais était appelé à être au Gouvernement de notre République, rappelons-le, une 1ère qui nous honore tous, quelque soit notre préférence partisane, la République nous transcende tous-, vous entriez au Gouvernement donc, pour ne plus revenir, espéraient-ils.

 

Vous aviez prévenu, pourtant, vous n'ouvriez qu'une parenthèse dans cet engagement vaudais, pour partager votre expérience de Vaulx-en-Velin en France et aussi vous nourrir des expériences de toute la France pour les mettre au service de Vaulx-en-Velin, au service des Vaudaises et des Vaudais. Ces échanges d'expériences permettront notamment à notre commune d'accueillir un CIEC puis et probablement surtout la visite du Président de la République, la 1ère visite officielle à Vaulx-en-Velin d'un Président de la République. Vous avez permis que Vaulx-en-Velin soit capitale de la République et que notre nom rayonne positivement dans toute la France.


Aujourd'hui, comme vous l'aviez dit, la parenthèse se referme, vous revenez comme Maire vous remettre au service des habitants de notre commune en continuant à porter le projet collectif que vous avez incarné depuis 2014.

 

Un proverbe espagnol dit que « l'arbre est connu par ses fruits, non par ses racines », et depuis 2014 aux branches d'abord dénudées les fleurs sont apparues qui deviennent aujourd'hui fruits, ceux que nous récolterons, frais et gouteux, à la fin du mandat.

 

Durant cette année, où vous êtes restée trop Vaudaise aux goûts de certains -bon, toujours les mêmes, en fait...-, durant cette année, il ne s'est pas rien passé. Cela n'a pas été une année pour rien pour les Vaudaises et les Vaudais. Le projet de 2014, vous l'avez incarné, vous l'incarnez, vous l'incarnerez, mais il est collectif et collectivement nous avons continué avec persévérance et passion à le porter, à le réaliser.

 

Je ne prendrai qu'un exemple, parce que nous l'avons voté à l'unanimité lors du dernier Conseil Municipal et parce qu'il fait parler largement de Vaulx-en-Velin au-delà du territoire communal, là encore positivement, très positivement, je fais référence bien sûr à la médiathèque – maison de quartier au Mas. Ce projet, il était dans notre programme municipal, c'était un engagement à réaliser sur le mandat, nous le réaliserons sur le mandat ; ce projet est celui de la parole tenue. Ce projet, il est bien sûr culturel et associatif, il est aussi urbain, il s'inscrit en politique de la ville, il concerne le personnel, il a été une démarche de démocratie participative,… Ce projet est transversal, il a mobilisé de nombreux agents qu'il faut remercier, il a mobilisé et mobilise de nombreux habitants qui s'y impliquent, il a été une action collective des élus de notre majorité.

 

C'est là la preuve d'élus de la majorité qui sont présents. Qui sont présents et qui travaillent.

 

Ce n'est pas l'échec des idées, c'est la victoire des engagements, c'est la victoire du combat des idées et de la parole donnée.

 

Nous ne sommes pas sur un navire ivre livré aux vents (et nos fleuves ne sont pas impassibles) ; nous ne sommes pas sur une caravelle envolée vers les illusoires horizons péruviens de l'El Dorado ; nous ne sommes pas sur une galère romaine ou une trière grecque dont vous seriez la triéarque et nous au choix les épibates [soldates] ou les thalamites [rameurs]. Nous sommes sur un navire de course, notre ligne de victoire c'est celle de nos engagements donnés, celle de nos engagements tenus ; nous sommes sur un navire de course dans lequel il y a bien sûr un capitaine, vous êtes notre capitaine, mais où il y a surtout une équipe, chacun agissant pour l'intérêt du collectif, chaque poste solidaire des autres, sans hiérarchie ni mépris car chacun à son poste est indispensable au fonctionnement général, avec le même esprit collectif et combatif. C'est ce que nous sommes, la team Hélène, solidaire, collective, combative.

 

Donc, oui, nous Socialistes et Républicains sommes heureux et enthousiastes, car non seulement vous en désespérez certains en continuant à tenir votre parole, et surtout car ainsi vous démontrez de nouveau votre attachement à notre ville, votre attachement aux Vaudaises et aux Vaudais.

 

Si ce sont les fruits de l'arbre que nous récolterons en fin de mandat, avec justesse Sénèque (né dans la future Cordoue, en Espagne, rappelons-le) souligne que « seul l'arbre qui a subi les assauts du vent est vraiment vigoureux, car c'est dans cette lutte que ses racines, mises à l'épreuve, se fortifient ». Et les assauts du vent, vous les connaissez, vous les avez subi, vents, bourrasques, tornades, qui ont fortifié vos racines vaudaises. Et même quand les vents positifs vous portaient loin, c'est ici que vous êtes revenue car c'est ici que vos racines se sont fortifiées. Oui, vos racines sont vaudaises, elles plongent dans le cœur de Vaulx-en-Velin.

 

Voilà en quelques mots, Madame la Ministre, Madame la Maire, chère Hélène, pourquoi nous, élus Socialistes et Républicains, sans doute et avec enthousiasme, pour continuer à réaliser notre projet dans le même esprit solidaire et collectif, nous avons re-voté pour vous ce soir.

 

Et peut être pour une dernière raison, aussi. Dans Une Saison au Congo (1966), Aimé CÉSAIRE fait dire par « Mobutu à ses ministres : tous les révolutionnaires sont des naïfs : ils ont confiance en l'homme ! (il rit) Quelle tare ! ». Et bien nous, nous avons revoté pour vous aussi, sans doute et avec enthousiasme, parce qu'à défaut d'être révolutionnaire -heureusement!-, vous faites confiance en l'homme, pleinement, intégralement ; et ce n'est pas une tare, c'est une de vos qualités.

 

Commenter cet article