Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

À croire que le succès gêne!

Publié le par Stéphane GOMEZ

Madame la Ministre,

Monsieur le Maire,

Chers Collègues,

Mesdames, Messieurs,

 

 

L'intervention, ce soir, du groupe des élus Socialistes et Républicains, en vérité, pourrait se résumer à un chiffre, un seul : 73,22% !

 

Il pourrait résumer à lui seul cette année 2016 dont nous étudions le compte administratif, il est le résumé de la parole que l'on donne aux Vaudaises et aux Vaudais, celle de la parole que l'on tient. Mais je ne crains quelques déceptions -surtout du côté de ceux qui ne nous apprécient pas, en tout cas pas trop- si je n'en rajoute pas d'autres, de chiffres. En guise de résumé de ce compte administratif, je rajouterait donc aussi 30M€ ou 2,5M€ .

 

On va encore nous dire, nous répéter -c'est une habitude maintenant, presqu'une tradition ou une litanie-, on va encore nous dire que nous n'avons pas de projet, de vision. Il me semblait que depuis 3 ans l'argument était vidé. Mais qu'importe, que d'autres parlent de la forme, cela nous laisse le fond. « L'intelligence ? C'est la chose la mieux partagée au monde. La volonté, ça c'est plus rare », s'amusait à dire François MITTERRAND.

 

Donc oui, 3 chiffres, ces 3 chiffres, qui disent mieux que de longs discours -ne vous inquiétez pas, vous aurez aussi la longue intervention- 3 chiffres qui disent mieux que de longs discours notre politique publique :

  • redresser les comptes abîmés de notre ville ;

  • recréer une ville à vivre ;

  • tenir la parole que nous engageons auprès des Vaudaises et des Vaudais.

 

Si je reprends ces points dans l'ordre, je commencerai donc par la situation budgétaire globale de notre commune.

 

 

 

1 – Redresser les comptes abîmés de notre ville.

 

Le budget de fonctionnement, à 71,5M€, n'augmente pratiquement pas, seulement de 0,18%, bien en dessous du niveau de l'inflation. Il est donc nettement, clairement maîtrisé. C'est d'autant plus notable que pour bonne part cette hausse est la conséquence d'une revalorisation du point d'indice dont la pertinence semble peu discutable.

 

La maîtrise se fait donc grâce à la poursuite de l'effort sur les dépenses de gestion courante, par exemple lors de la renégociation de marchés de prestations, et aussi grâce à l'engagement, qu'il faut saluer, des agents territoriaux, qui participent de cette démarche dans l'intérêt entendu de la situation fiscale de nos concitoyens, dans l'intérêt des Vaudaises et des Vaudais.

 

Et puisqu'on est en au litanie, encore à celle des souffrances que nous provoquerions, à cette remarque éculée je répondrai comme de tradition qu'au moins, nous, nous réunissons le CHSCT, et les rapports de celui-ci nous disent que sur Vaulx-en-Velin les accidents du travail et les arrêts sont en hausse depuis 2010, depuis 2010 et pas depuis 2014 !

 

Grâce à des excédents de fonctionnement de 9,1M€ et des financements partenariaux de 7,5M€ -dont pour plus de 6M€ de l'État-, l'emprunt d'équilibre a pu être limité à 2M€. Pour 2016, le niveau de la dette recul ainsi de 2,5M€. Cela permet une baisse notable du service de la dette de 230 000€ et un recul de la capacité de désendettement de 10 à 9 ans.

 

Ce chiffre doit être pris avec prudence, bien sûr. Car ce travail de désendettement pour consolider les finances et l'autonomie de notre ville peut bien sûr avoir des fluctuations, d'une année sur l'autre.

 

Ces fluctuations ne sont pas acceptables si c'est parce que la Ville ne maîtrise pas son budget de fonctionnement et donc ne peut plus maîtriser son budget d'investissement en dégageant de l'épargne brute : ce n'est pas le cas ici, le budget de fonctionnement est maîtrisé, en même temps que les missions de la Commune sont remplies.

 

Ces fluctuations sont entendables, selon les variations des besoins d'investissements d'une année sur l'autre (il ne faut pas autant investir pour un équipement de la même manière lorsqu'on est à l'étape des études ou lorsqu'on est dans celle du gros oeuvre), c'est entendable tant que le fonctionnement et cette section investissement sont maîtrisés. C'est le cas donc aussi, pour le budget d'investissement, puisque cette année encore nous sommes dans notre prévision d'investissement, contrôlée grâce à la PPFI – Programmation Pluriannuelle des Finances et des Investissements. On nous dit, encore, qu'on ne maîtrise pas la situation : nous on a une PPFI, et on la respecte. C'est toute la différence entre la situation antérieure et la situation actuelle : nous avons une programmation des investissements, nous ! Et donc nous continuons à nous inscrire dans une programmation ambitieuse d'investissement à nettement plus de 100M€ sur le mandat, à 112M€ plus précisément.

 

Le fonctionnement et l'investissement sont contrôlés, donc la dette est contrôlée. Et au passage, je rappelle à l'opposition de Droite que nous avons voté, pour cette année une 1ère baisse des taux fiscaux communaux ; ce n'est sûrement pas assez mais qu'on se souvienne que cela a été fait, pour la 1ère fois de l'histoire vaudaise, et c'est nous qui l'avons fait. La dette et son service vont peut être connaître des légères fluctuations sur les prochaines années, mais cela s'inscrit dans leur maîtrise, avec un mouvement clair à la baisse et donc un inversement des variations tendancielles, et c'est cela l'important.

 

Pour plagier François MITTERRAND qui pensait que « quand le franc s'enfièvre, c'est la France qui est malade » (L'abeille et l'architecte, 1978), lorsque la dette s'enfièvre, ce sont les Vaudais qui sont malades. Maîtriser sur le moyen et long terme la dette de la Commune, c'est s'assurer que la Ville et les Vaudais restent en bonne santé.

 

 

 

2 – Recréer une vivre à ville.

 

Rétablir et reconsolider les comptes de la Ville ne sont bien sûr pas une fin, une finalité en soit. C'est un outil, indispensable, incontournable, pour pouvoir développer une politique publique en faveur des habitants de notre commune.

 

Car la mariée dont vous parliez, est belle, M. MOINE, elle s'appelle Vaulx-en-Velin. Et ce n'est pas une ville de vandales, comme vous l'avez décrite ; l'écume ne doit pas cacher la puissance du courant, celle d'une belle ville grâce à l'énergie de ses habitants.

 

Rappelons le, sur la précédente mandature, les autorisations de construire pour plus 1500 logements ont été accordées pour le Sud de la commune, 2500 étaient prévus pour la seule ZAC du Mas, près de 1000 pour terminer la ZAC de l'Hôtel de Ville.

 

Et avec quel offre en services publics ? À part le centre aquatique, bien sûr ! Des annonces, bien sûr, mais concrètement, quoi ?! Quelles études lancées ? Quels budgets programmés ? Quelles maîtrises foncières assurées ? Une hausse du budget « personnel » mais avec quelle stratégie et pour quels services ?

 

Les efforts budgétaires, quelque soit leur nature, doivent être orientés -c'est en tout cas notre conviction- vers le service au public, le service aux Vaudaises et aux Vaudais.

 

Par exemple, sur le personnel, il y a eu des accroissements sur des missions directement au service des habitants, que ce soit par la reprise en gestion directe des équipements associatifs municipaux de proximité ; il y a eu également des accroissements dans des missions ciblées, avec des agents pour les accueils de loisir (notamment du mercredi après-midi) ou des postes de policiers municipaux et d'ASVP mais aussi de médiateurs ou d'Agents de Prévention Scolaire.

 

Sur les accueils de loisir, cette année encore je vais me permettre de regretter que ceux qui avaient eu la malhonnêteté d'appeler la presse à l'été 2014 pour dénoncer des files d'attentes qui duraient depuis bien des années ne jugent toujours pas utile d'avoir la décence à défaut de l'honnêteté de la rappeler pour montrer la situation actuelle. À croire que la vérité et le succès gênent, ici à Vaulx-en-Velin. En gêne certains en tout cas, ceux qui préfèrent leurs complexes calculs personnels à l'intérêt et à la qualité de vie des Vaudaises et des Vaudais.

 

Certains veulent nous faire répéter depuis 3 ans que nous menons une politique de rigueur. D'autres veulent nous faire croire que nous continuons à ne rien gérer. La réalité se trouve ni ici, ni là. Nous menons une politique rigoureuse et efficace. Oui nous contrôlons la masse salariale, et sans aveuglement dogmatique dans un sens comme dans l'autre, ni dans l'obsession de supprimer des postes d'agents pour le principe de les supprimer, ni dans celle de la laisser filer par facilité ou intérêt. Nous contrôlons dans l'intérêt à moyens et long terme des Vaudaises et des Vaudais tout en continuant à développer le service public direct aux habitants de notre ville.

 

Parallèlement, le soutien aux associations est toujours à un montant important à plus de 5M€. D'années en années le système de subvention par dossier -si normal ailleurs, si nouveau ici- s'améliore et surtout est approprié par les associations qui en comprennent l'intérêt et la visibilité. Cela permet plus de lisibilité et de clarté, d'autant que cela est présenté en amont à tous les élus, de la majorité et de l'opposition, s'ils sont présents, en commissions.

 

Cette ville à vivre que nous voulons, celle des distances courtes c'est-à-dire des quartiers à vivre au quotidien, elle se voit aussi dans notre budget d'investissement, qui s'élève en 2016 à presque 30M€ dont la moitié en dépenses d'équipements, pour réhabiliter les groupes scolaires Grandclément au Village et Ambroise Croizat au Sud, pour rénover partiellement les écoles Youri Gargarine et Angelina Courcelles au Mas, pour continuer la construction du groupe intégré René Beauverie au Centre, pour développer le numérique dans nos écoles et nos ex-bibliothèques devenues médiathèques, pour intervenir sur les espaces associatifs de la Grappinière ou de la Maison des Fêtes et des Familles, pour intervenir pour près d'un millions d'€ sur les gymnases Croizat, Roux, Aubert, Rousseau et Owens ou sur le boulodrome, pour continuer le plan ADAP d'accessibilité aux personnes en situation de handicap des équipements municipaux, pour continuer notre plan de rénovation de l'éclairage public (plus de 800 000€ en 2016!), pour commencer le poste autonome de la Police Municipale, maintenant presque terminé. Un programme sur les équipements qui concerne donc tous les grands quartiers de la ville, tous.

 

« On n'apprend rien par la parole et tout par l'exemple », disait François MITTERRAND : des exemples clairs de notre démarche de service aux publics pour une ville à vivre, en voici, clairement.

 

Signer des permis de construire c'est bien, assurer l'offre en équipements publics de proximité pour les habitants c'est mieux. Nous signons peut-être moins de permis de construire, beaucoup moins, mais nous investissons plus dans les services publics, beaucoup plus.

 

 

 

3 – Tenir la parole que nous engageons.

 

Pour aller vers ma conclusion, nul ne s'étonnera que je revienne sur ce chiffre de 73,22%, celui du taux de réalisation.

 

Après une tendance baissière sur 2008-13, nous sommes depuis notre 1er compte administratif sur une tendance clairement à la hausse ! Comme pour le niveau de la dette et la capacité de désendettement, le taux de réalisation peut varier d'une année à l'autre, ce qui est important, c'est la tendance et le niveau. Notre tendance est à la hausse, encore ; le niveau est élevé, enfin !

 

Ce chiffre, tout le monde en a conscience, n'est pas neutre, secondaire. Le budget primitif dit ce que nous voulons faire. Le taux de réalisation lors du compte administratif dit ce que nous avons fait. Le taux de réalisation, c'est le symbole que nous ne sommes pas dans l'incantatoire, nous sommes dans l'action, dans la réalisation. Nous disons ce que nous faisons et nous faisons ce que nous disons. Nous engageons notre parole, et nous tenons la parole engagée auprès des Vaudaises et des Vaudais.

 

Et cette parole, c'est celle de notre projet discuté et échangé avec nos concitoyens en 2014.

 

« L'excès du langage est un procédé coutumier à celui qui veut faire diversion » disait François MITTERRAND (L'abeille et l'architecte, 1978). Comme chacun aura goûté où sont les excès, concluons simplement, très simplement. Ce compte administratif 2016 dit encore une fois, par ses investissements et le taux de réalisation, que nous sommes dans la réalisation de nos engagements de campagne, nous sommes dans la parole donnée, la parole tenue.

 

 

Commenter cet article