Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le dernier moment, lorsqu'il arrive à son terme, qu'il ne reste plus de temps pour y réfléchir, le sablier est vide

Publié le par Stéphane GOMEZ

Madame la Ministre,

Monsieur le Maire,

Chers Collègues,

Mesdames, Messieurs,

 

J'aimerai faire court pour ce DOB, ce Débat d'Orientation Budgétaire, mais il est des sujets qui sont comme les tentations de Venise, qui exercent cette irrépressible attraction, on voudrait y résister mais on ne peut point, on y va, on en parle, longuement, même si c'est pour se répéter années après années.

 

Et je ne voudrai pas laisser croire ou dire que les élus Socialistes et Républicains ont moins à dire que d'autres sur ces orientations budgétaires, alors qu'elles sont pleinement d'autres, elles sont l'inscription à l'écrit de nos engagements oraux et moraux de la campagne ; elles sont l'inscription à l'écrit de nos réalisations que diront les prochains Budget Primitif et surtout Compte Administratif. Alors pour les élus Socialistes et Républicains, n'étant points réfugiés sur l'Aventin romain, à mon tour je vais me permettre de dire en réponses.

 

De manière liminaire et répétitive finalement -mais c'est un vieux moto d'enseignant de dire que la pédagogie est l'art de la répétition, et à force de le redire je ne doute pas que cela finira pas être constaté par les derniers qui refusent encore à le voir-, de manière liminaire je voudrai donc d'abord souligner la qualité du document qui nous est encore proposé pour ce DOB. Les oppositions critiquent le fond, cela fait partie du jeu partisan qu'il ne nous faut pas regretter, mais je pense que nous pourrons convenir que cet exercice de critique est facilité par la matière fournie par le document proposé et présenté, clair et pédagogique. Alors après on peut nous menacer rituellement de recours en Tribunal Administratif pour la non communication de telle ou telle pièce. Je me dis quand même que quand on passe de 2 pages comme on l'a connu à une trentaine, des informations on en a.

 

Peut-être faut-il alors critiquer la forme et le coût présumé, mais en terme de choix de dépenses je rappellerai simplement que nous avons baissé les frais de réception de 75%, et que cette économie peut peut-être permettre de publier quelques documents utiles afin que chaque citoyen puisse connaître son budget municipal.

 

Après, chacun critiquera bien sûr, l'esprit critique est nécessaire et utile, mais qu'on ne nous dise plus que l'on cache des choses. L'esprit critique est une chose, l'esprit de critique en est une autre.

 

Sur le fond, notre souhait n'est pas trop de nous étendre sur le contexte, car il ne s'agit pas de croire que l'on tisse la trame explicatives des engagements que nous ne tiendrions pas, alors que le compte administratif et le bilan de notre mandature montreront que nous tenons nos promesses.

 

En commençant par les taux de réalisation passés, puisque l'actuel semble toujours obséder l'opposition, simplement pour rappeler qu'on peut le trouver encore faible aujourd'hui, mais d'une part le nôtre croit quand il baissait sur le mandat précédent ; et d'autre part qu'il est toujours aujourd'hui plus élevé qu'il ne l'était à son maximum lors de la précédente mandature.

 

Depuis l'effondrement des finances publiques fin 2008, suite aux choix du début de 2007 qui ont abouti à une bascule du déficit conjoncturel en un déficit structurel, nous savons tous que l'argent public est devenu contraint. Nous le savions en 2014 et c'est dans ce cadre là et cette connaissance là que nous avions construit notre projet municipal et que nous nous sommes engagés auprès des Vaudaises et des Vaudais. C'est parce que nous avions conscience de cette réalité que nous avons préféré dire que nous porterions nos efforts sur le rattrapage indispensable en terme de moyens scolaires plutôt que de nous lancer dans des projets secondaires et démesurés, qui flattaient les egos à défaut de répondre aux besoins essentiels et éminents des habitants de notre commune.

 

Il ne s'agissait plus d'ouvrir les vannes des finances municipales à toutes les eaux comme on livrait au Tibre les espoirs déçus des hommes déchus de l'Aventin à la roche tarpéienne.

 

En matière de pédagogie, justement, dans un cadre de stabilité des dépenses liées aux emplois permanents, les postes communaux dans le milieu scolaire ont augmenté. Les travaux pour le groupe intégré René Beauverie vont être lancés en 2017, les études et les achats de terrains pour les 2 écoles au Sud et celle au Village vont continuer (nous avons voté, lors du dernier CM, l'achat du foncier pour cette dernière école, tenant donc bien le calendrier que nous avions donné en 2014). Avec les réhabilitations des groupes scolaires Grandclément ou Jean Vilar entre autres, ou les 7M€ d'investissements courants sur les autres groupes scolaires ou établissements d'accueil, ce sont 69M€ qui seront investis pour la jeunesse sous notre mandat Et ce chiffre ne comprend pas les coûts de fonctionnements! Le Scolaire, c'est aussi 25% environ du budget de fonctionnement de Vaulx-en-Velin. Rappelons -cela permet de toujours relativiser les choses- que nous mettons dans l'entretien et la rénovation courante des écoles de la commune plus chaque été depuis 3 ans que sur tout l'ensemble du mandat précédent. Il y a la faconde napolitaine et la froide réalité milanaise, il y a la posture et le réel, qui se voit, se constate.

 

Un autre point fort de réalisations pour l'année à venir sera dans la sécurité. Une part des investissements seront pour la sécurité, avec un poste de Police Municipale extérieur à l'actuelle mairie et plus fonctionnel, d'une part pour une meilleur qualité de travail pour les agents (soulignons que ce soucis des conditions de travail se voit dans les autres investissements de la sorte ainsi que les nouveaux crédits développés pour des formations ou la prise en compte des risques psycho-sociaux), un poste de Police Municipale extérieur à l'actuelle mairie et plus fonctionnel, d'autre part pour un meilleur accueil et un meilleur service des Vaudaises et des Vaudais. L'année 2017, après un diagnostique en 2016, doit être marquée par la rénovation et le développement du système de caméras sur la commune. Des ASVP ont été embauchés cette année et le renforcement des effectifs de la Police Municipale doit continuer.

 

Je tiens aussi à rappeler l'effort pour l'inclusion des personnes en situations de handicap. Le budget est plus modeste en pratique, il est d'importance moralement. Lors de notre élection, 10 ans après la loi sur le handicap, 98% -98%!- des établissements municipaux n'étaient pas adaptés à l'accueil de personnes en situations de handicaps. Du Palatin au Vélabre il n'y a que quelques mètres que toute une vie sépare et oppose. Une société du vivre ensemble est une société qui inclut, pas qui exclut, et si rapidement la quotidienneté banale des rampes d'accès, les boucles magnétiques ou les informations « hauts contrastes » seront devenues notre environnement journalier, la réalisation de ce plan Ad'Ap -dont la 1ère des 3 tranches se terminera dans cette année à venir- sera une grande réalisation de ce mandat.

 

Les budgets pour la vie citoyenne doivent être maintenus pour 2017 : maintien des budgets des Conseils de Quartier, du Forum Associatif, du Plan de Lutte contre le Racisme et l'Antisémitisme, des subventions aux associations et aux clubs de sport, budget de la culture (qui n'a jamais été aussi élevé sur notre ville, cela pouvant répondre à quelques polémiques inutilement entretenues), création d'un budget pour le Conseil des Seniors, consolidation du budget du Conseil Citoyen.

 

Écoles, équipement sportif du Village et réfection de l'actuelle piscine, plan Ad'Ap, et nous en passons : tout cela, c'est, sur l'ensemble du mandat, un budget d'investissements structurants de 112M€ là où l'ensemble des communes se sont orientées après les élections de 2014 vers une baisse drastique de l'ordre de 25%.

 

112M€ engagés, engagés en réel et pas seulement sur le papier. Des écoles, d'autres les ont promises

 

Et alors qu'au mandat précédent, c'est l'emprunt qui finançait majoritairement les dépenses d'investissements -des emprunts rappelons le essentiellement progressifs pour que leur encours pèsent essentiellement sur ce mandat plutôt que le précédent là où ils ont été contractés, créant la situation actuelle d'un taux de désendettement élevé- alors qu'au mandat précédent, c'est l'emprunt qui finançait majoritairement les dépenses d'investissements, il y a une réorientation importante sur la longueur du mandat pour investir grâce à l'épargne brute sur le fonctionnement et par le subventionnement, permettant ainsi non seulement un programme conséquent d'investissements mais en plus de le faire de manière financièrement saine pour les finances de la Ville aujourd'hui et donc les impôts des Vaudais demain.

 

Pour accomplir ces engagements, nous allons continuer nos efforts de gestion, sur les contrats délégués ou le parc de véhicules. Ça ne sera plus les palais palermitains mais cela doit permettre de maintenir les budgets de fonctionnement (déjà à un niveau élevé, avec un taux conséquent de rigidité budgétaire) sans bien sûr remettre en cause les carrières des agents, acteurs indispensables du service au public. Et en même temps d'améliorer notre autofinancement, avec une hausse calculée pour 2017 de +12%. Nous aurons bien sûr recours à l'emprunt, mais en restant dans la moyenne pluriannuelle que nous nous étions fixées à moins de 5M€ par an en moyenne lissée sur le mandat, afin de poursuivre parallèlement le contrôle du niveau de désendettement.

 

Le recours à l'emprunt augmente sur ce cœur de mandat. Ce n'est pas une surprise, ou le résultat d'une gestion au fil de l'eau sans vision ni visibilité, sans anticipation ou analyse. Il n'y a pas de quoi alerter un banquier florentin. C'est la conséquence assumée et assurée d'une PPI, d'une Programmation Pluriannuelle des Investissements, réfléchie pour permettre la réalisation sur le mandat de nos engagements, car nos promesses en 2014 ne sont pas faites pour engager les élus d'après 2020 : ce que nous avons dit, nous le faisons. Et donc après un début de mandat en concertations citoyennes et études techniques, nous sommes sur le cœur du mandat sur un effort exceptionnel pour que nos promesses de 2014 soient réalisées en 2020. Nous ne sommes pas sur une gondole vénitienne soumise aux courants marins ni dans une galère romaine suant en vain : nous sommes dans une course claire d'investissements et de maîtrise des dépenses, dans la course claire de la réalisation de nos engagements de 2014.

 

Pour accomplir ces engagements, nous allons continuer à bénéficier de la solidarité nationale, avec la Dotation Globale de Fonctionnement stable et une Dotation de Solidarité Urbaine en augmentation.

 

Pour accomplir ces engagements, nous allons continuer nos efforts. Pour accomplir ces engagements, nous allons baisser les taux communaux de fiscalité. Nous avions pris l'engagement de ne pas augmenter les impôts, nous avons tenu cette promesses pour les années 2014, 2015 et 2016. Pour 2017, le projet prévoit une baisse des taux communaux, grâce à des transferts de charge. La concrétisation est encore modeste, certains penseront que ce n'est pas un « coup de pied dans la fourmilière », mais chacun notera pour une fois, la 1ère fois de mémoire de contribuable vaudais, qu'il y a baisse des taux communaux.

 

Cela doit gêner. Entre ceux qui ne veulent pas en parler et ceux qui en parlent longuement pour le minimiser, cela doit gêner, car c'est dur pour l'opposition de reconnaître que, oui, cette majorité, notre majorité, baisse les taux communaux !

 

Cela nous le faisons en continuant à améliorer le service au public : les Vaudaises et les Vaudais attestent que le nouveau service « Famille » de l'hôtel de ville est qualitatif et facilite les démarches administratives ; les honteuses files d'attentes interminables pour l'inscriptions aux centres estivaux, qui ont ponctuées la vie des parents vaudais pendant des années, ont disparu ; les bibliothèques se sont enfin muées en médiathèques ; l'accueil du mercredi après-midi est mis en place ; et on peut rajouter que cette année s'ouvrira un poste pour la Police Municipale avec une accessibilité accrue, et une mairie annexe au Sud avec de vrais services aux habitants. C'est le service concret aux Vaudaises et aux Vaudais que nous améliorons.

 

Ce travail d'amélioration de la vie des habitants de notre cité, nous allons le continuer par ailleurs, avec un service « Économie » qui prend maintenant en compte le sujet de l'« Emploi » (on nous disait tout à l'heure, comme si on ne l'ignorait, que les Vaudais plus que d'autres souffrent du chômage : c'est bien parce que nous ne l'ignorons pas que nous nous ne nous sommes contentés de le déplorer mais avons réorganisé les services pour que l'emploi soit une mission au quotidien de la Ville) ; la Convention Propreté signée avec la Métropole et que nous devons veiller à appliquer scrupuleusement ; le travail sur le PLU-H pour apaiser les constructions sur notre ville et respecter les personnalités de chaque quartier, pour permettre une diversité de l'offre de logement sur Vaulx-en-Velin (PLU-H qui sera à l'enquête publique sur 2017) ; le travail de renouvellement urbain sur le Mas, attendu pendant 25 ans, et qui prendra sa 1ère forme avec ses 1ères réalisations notamment une médiathèque – maison de quartier, équipement innovant et co-construit avec des habitants, et qui suscite aujourd'hui l'interêt de toute part ;… Je m'arrêterai là.

 

Beaucoup bien sûr reste à faire pour que notre ville soit une ville à vivre comme les autres, mais nous partions de si loin que nous pouvons nous dire que quand je me regarde je m'inquiète, quand je me compare je me rassure.

 

Beaucoup bien sûr reste à faire, car une ville est un Champs de Mars permanent.

 

Beaucoup bien sûr reste à faire, mais ce Débat d'Orientation Budgétaire, avant le Budget, doit dire que le chemin de nos promesses est déjà bien engagé, nous franchirons en 2017 le Rubicon qui marquera le passage aux réalisations.

 

Pour parachever cette tentation de Venise, je pourrai reprendre Thomas MANN : « Le sable s'écoule par un orifice si étroit que lorsqu'on le retourne il semble que le niveau, dans le globe supérieur, ne changera jamais. On dirait que le sable attend pour s'écouler dans l'autre globe les tout derniers instants. Jusque là c'est si lent, que l'on croit avoir le temps d'y penser... Le dernier moment, lorsqu'il arrive à son terme, qu'il ne reste plus de temps pour y réfléchir, le sablier est vide ».

 

Nous ne jouerons pas du sablier comme d'un culbuto penchant sans la stabilité de la tour de Pise au gré des lubies du carnaval de la Via Flaminia. Le sablier est posé, stable ; ses grains qui tombent sont ceux de nos engagements qui régulièrement se réalisent.

 

Mais comme je crains que de finir par une citation de Thomas MANN pu déplaire à mes amis et à mes exégètes, je conclurai, en ce 80ème anniversaire du Front Populaire en reprenant cet excellent ministre de l'Économie et juste Président de la République que fut Vincent AURIOL : « C’est la loi de la démocratie que les discussions soient libres, que les intérêts s’opposent, mais c’est l’intérêt de la République qu’il s’établisse sur des points communs une majorité et que cette majorité soit stable, de même qu’il serait souhaitable pour le bien commun que les oppositions ne fussent pas seulement de mécontentement ou de démolition mais de construction et d’apports d’idées à la majorité elle-même ».

Commenter cet article